SBT, ACT, CRREM : quel outil de trajectoire 2 °C pour quel usage ?

A l’heure où la lutte contre le réchauffement climatique et le respect des Accords de Paris pour limiter la hausse des températures à 2 °C maximum sont plus que jamais d’actualité, un certain nombre de dispositifs sont mis à disposition des acteurs du secteur immobilier. Que ce soient les Science-Based Targets (SBT), ACT®, ou le CRREM, tous visent à accompagner les entreprises et les collectivités vers une trajectoire d’émissions compatible avec ces objectifs globaux. Pour autant, ces outils sont parfois complémentaires et couvrent des besoins distincts. L’OID fait le point afin de comparer et dissocier ces dispositifs.

 

Pour les entreprises de l’immobilier, l’enjeu de la décarbonation est triple. Premièrement, elle s’inscrit dans une approche engagée, afin de se mettre au diapason de l’urgence de la lutte face au réchauffement climatique. Deuxièmement, elle permet de mieux s’adapter à une évolution des activités et des marchés, pour lesquels la valeur verte prendra de l’importance et la non-décarbonation deviendra un risque tangible pour la pérennité économique. Troisièmement, la mise en conformité vis-à-vis des normes et lois de plus en plus ambitieuses sur le plan climatique, comme le Dispositif Eco Energie Tertiaire et la RE 2020 en France ou la Taxonomie verte européenne pour l’UE, va devenir un enjeu de plus en plus important. A tous ces arguments s’ajoute l’inertie spécifique au secteur et la prépondérance du stock de bâtiments existants, à mettre en regard de risques futurs accrus, qui rendent les outils de planification et d’anticipation particulièrement pertinents pour ce secteur d’activité.

 

Le principe d’élaboration d’une trajectoire

 

L’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre fixé par l’Accord de Paris en 2015 est clair : limiter à 2 °C – idéalement 1,5 °C – le réchauffement climatique anthropique en 2100 par rapport à l’ère préindustrielle. Cet objectif a vocation à s’appliquer à l’échelle internationale et se veut donc commun à tous les Etats et toutes les entreprises. Néanmoins, les différentes secteurs et pays connaissent des situations de développement et d’émissions différentes, avec des potentiels très variés d’évolution.

C’est dans ce cadre qu’apparaît la nécessité pour l’ensemble des acteurs, institutionnels comme privés, de développer des trajectoires 2°C qui leur sont spécifiques, c’est-à-dire des plans stratégiques à court, moyen et long terme pour réduire leurs émissions et se placer dans le sillage des objectifs internationaux.

La France, par exemple, décline cette stratégie dans la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC), qui vise la neutralité carbone du pays en 2050 : cet objectif implique de diviser par 6 les émissions globales, les émissions de CO2 du secteur du bâtiment devront quant à elles être diminuées de 95 %.

Pour les acteurs de l’immobilier, une stratégie ambitieuse et pérenne s’aborde désormais inévitablement par le prisme d’une trajectoire bas-carbone. S’employer à suivre une trajectoire, c’est œuvrer dès à présent pour une viabilité à long terme : transformer aujourd’hui son activité est une réponse à l’urgence de la transition et une anticipation sur les années de réflexion, d’expérimentation et de mise en œuvre qui feraient défaut lorsque l’alignement 2 °C des entreprises sera une condition indissociable de la poursuite de l’activité.

 

Pour les acteurs de l’immobilier, par où commencer sa transition bas-carbone ?

 

L’OID a mené un travail sur plusieurs outils d’accompagnement visant à développer une trajectoire et une stratégie 2°C-compatible dans l’immobilier : l’outil CRREM, la méthodologie d’évaluation ACT®-bâtiment, tous deux mis à disposition en 2020, et les Science-Based Targets (SBT) qui définissent des trajectoires 2°C.

Ces SBT, d’une certaine manière, permettent de poser la première brique de l’édifice, par une méthodologie de développement d’une trajectoire 2 °C cohérente. En particulier, la Sectoral Decarbonization Approach (SDA) permet de définir des objectifs de décarbonation spécifiques au secteur d’activité considéré, ici l’immobilier et le bâtiment. Une fois la trajectoire créée, la Science-Based Target initiative la vérifie et la publie, sans néanmoins contraindre l’entreprise sur des résultats. Toutefois, il est à noter que ces objectifs restent moins ambitieux que ceux énoncés dans la SNBC, qui sont plus proches d’un objectif de 1,5 °C.

Le Carbon Risk Real Estate Monitor (CRREM) est un outil opérationnel qui permet d’évaluer le risque lié aux émissions de gaz à effet de serre d’un parc, à partir de données classiques de reporting. Basé lui aussi sur la méthode SDA, il permet d’obtenir des indicateurs de risque carbone, de retours d’investissement et de pertinence de rénovations qui peuvent servir d’informations préalables à la définition d’une stratégie carbone.

C’est sur cette dernière que porte ACT® Assessing low Carbon Transition , une initiative volontaire conjointe de l’ADEME et du CDP, faisant partie du Global Climate Action Agenda (soutenue par le gouvernement français depuis 2015). La méthode ACT® évalue la démarche de suivi de trajectoire de l’entreprise avec une approche sectorialisée et multicritères : le mode de management autour des sujets climat, la gouvernance, les investissements prévus pour réduire l’impact climatiques, les indicateurs mis en place et les engagements publics de l’entreprise… Le résultat permet d’obtenir une notation dynamique des efforts et de la stratégie mis en place par l’entreprise. Une réévaluation régulière permet de mesure les progrès de l’entreprise.

Synthèse des outils de trajectoire 2°C, OID 2020

Même s’ils sont globalement récents, ces dispositifs commencent à être utilisés, voire parfois combinés par certains acteurs de l’immobilier : là où le CRREM et les SBT permettent définir une trajectoire 2°C, ACT® évalue la stratégie globale pour la suivre. Après une phase d’assimilation, l’utilisation d’un ou plusieurs de ces outils devrait devenir à terme, incontournable pour la définition d’une stratégie d’entreprise immobilière cohérente et responsable.

 

Pour compléter cet article, l’utilisation de ces différents outils est précisée dans des fiches de décryptage dédiées (CRREM, ACT®, SBT) disponibles sur Taloen, le site de ressources de l’OID, et accompagnées d’une fiche récapitulative de l’articulation des différents outils.

PARTAGEZ CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partagez sur Facebook
Partager sur twitter
Partagez sur Twitter
Partager sur linkedin
Partagez sur Linkdin
Partager sur email
Partagez par E-mail

Plus d'ARTICLEs

Biodiversité en 2021 : quels enjeux ?

14 janvier 2021

Actualités, événements : que s’est-il passé pour l’immobilier responsable en décembre 2020 ?

22 décembre 2020

RE 2020 : les contours annoncés de la nouvelle réglementation pour les bâtiments neufs

16 décembre 2020