Immobilier et ESG : les tendances 2021

Entre les réglementations de plus en plus strictes en termes de publication d’informations extra-financières (taxinomie européenne, SFDR, CSRD, etc.) et la pression législative et sociale quant à la l’amélioration de l’impact environnemental et social des activités économiques (RE2020, Loi Climat & Résilience, etc.), la prise en compte des enjeux ESG est de mieux en mieux intégrée aux pratiques de gouvernance des acteurs de l’immobilier. Etudier ces tendances, c’est notamment l’objectif du Baromètre de l’Immobilier Responsable, qui livre aujourd’hui ses premiers résultats, deux semaines avant la publication de l’édition 2021.

 

Depuis 2018, le Baromètre de l’Immobilier Responsable de l’Observatoire étudie annuellement les pratiques ESG des acteurs de l’immobilier. Au moyen d’un questionnaire diffusé auprès de l’ensemble des acteurs, hiérarchisation des enjeux, indicateurs et objectifs ESG, outils et méthodologies et pratiques de gouvernance sont analysés à l’échelle sectorielle pour dégager les tendances de l’immobilier responsable. Le questionnaire se base sur le référentiel des 19 enjeux ESG pour un immobilier responsable qui a été élaboré par l’OID sur la base des autres référentiels existants et adapté aux spécificités de la filière immobilière.

Historiquement disponible aux acteurs de l’immobilier d’investissement et de gestion (sociétés de gestion, investisseurs institutionnels et sociétés immobilières cotées), le Baromètre 2021 a également ouvert la possibilité aux promoteurs immobiliers de contribuer à cette étude.

Cette année, ce sont donc 65 entreprises qui se sont prêtées à l’exercice en répondant au questionnaire du Baromètre de l’Immobilier Responsable, soit 78% du secteur de l’immobilier de gestion et 38% de la promotion immobilière. Nous remercions l’ensemble des entreprises qui contribuent ainsi à faire avancer la connaissance des enjeux ESG dans la filière !

 

Hiérarchisation des enjeux ESG par l’immobilier de gestion en 2021

L’analyse du classement des enjeux ESG en immobilier de gestion en 2021 montre une certaine stabilité par rapport à l’année passée. Ce classement, basé sur les notes d’importance accordées par les répondants permet d’identifier les enjeux qui sont jugés plus importants, compte tenu du contexte réglementaire et normatif. Pour la première année, l’enjeu carbone dépasse celui de l’énergie, reflétant un changement progressif du prisme exclusivement énergétique des exploitants immobiliers dans le déploiement d’une stratégie carbone. La prééminence des thématiques climatiques par rapport aux autres enjeux environnementaux reste toutefois flagrante, les autres enjeux environnementaux arrivant tous en fin de classement.

Malgré la présence des enjeux climatiques en tête de classement, c’est le pilier de gouvernance qui se place en moyenne en première place, devant les piliers environnementaux, puis sociaux. Les thématiques de gouvernance, quoique faisant moins l’objet de démarches structurées autour d’indicateurs et objectifs, restent centrales pour les investisseurs et gestionnaires, qui doivent nécessairement s’appuyer sur les processus développés en interne ou avec les parties prenantes pour mettre en place la stratégie de développement durable.

Le pilier social correspond aux enjeux liés à la capacité des bâtiments de répondre aux besoins des habitants, ainsi qu’aux impacts socio-économiques des stratégies d’investissement et de gestion des acteurs. Particulièrement sensibles aux attentes des occupants du fait de leur position de bailleur, les acteurs de l’immobilier de gestion abordent ce pilier en priorité par les enjeux de santé et sécurité et de confort et bien-être des occupants. Les enjeux liés aux impacts sur le tissu socio-économique local du bâtiment, moins évidents à prendre en compte dans les activités d’exploitation, se retrouvent en fin de classement, comme en 2020.

 

Promotion immobilière : les particularités

  • 1 – Carbone
  • 2 – Ethique des affaires
  • 3 – Biodiversité
  • 4 – Energie
  • 5 – Relations parties prenantes
  • 18 – Impact territorial et emploi
  • 19 – Eau

Sur les 19 enjeux qui constituent le référentiel ESG de l’OID, la quasi-totalité obtiennent en moyenne une note d’importance au-dessus de 5/10. Signe de la prise de conscience de l’impact climatique du secteur de la construction neuve –  l’étape de construction d’un bâtiment pouvant être aussi émissive en gaz à effet de serre que sa phase d’exploitation – les problématiques liées aux enjeux carbone sont placées en tête du classement des promoteurs en 2021. Parmi les autres facteurs à considérer : l’entrée en vigueur imminente de la Réglementation Environnementale 2020 (RE2020) en France, qui va imposer un bilan carbone pour toute construction neuve à compter du 1er janvier 2022 pour le logement, et du 1er juillet 2022 pour le tertiaire.

En troisième place du classement, la biodiversité figure également parmi les priorités des promoteurs en matière d’enjeux environnementaux. La filière fait aujourd’hui face à une forte pression du législateur et de la société civile pour prendre en considération ces enjeux, notamment dans le cadre de l’objectif Zéro Artificialisation Nette réaffirmé dans la Loi Climat et Résilience (2021). En première moitié de classement, on retrouve largement les enjeux de gouvernance, notamment l’éthique des affaires, enjeu sur lequel les promoteurs doivent être particulièrement attentifs de par la nature de leur activité. Leurs interactions multiples avec les représentants locaux renforcent la nécessité de fixer des processus de gouvernance transparents et efficaces dans les relations avec les parties prenantes, qu’il s’agisse des élus, mais aussi des entreprises de construction, fournisseurs, investisseurs, etc. Alors qu’il est positionné en 17e place du classement des acteurs de l’immobilier de gestion, les promoteurs estiment l’impact social de leurs activités comme étant un point important de leurs démarches ESG, en le positionnant à la septième place de ce classement. Bien que concentrant la majeure partie des impacts environnementaux liés à la construction d’un bâtiment, et faisant l’objet d’une réglementation de plus en plus stricte, les problématiques liées à la consommation de ressources, telles que les ressources et déchets, les consommations d’eau, ainsi que les achats responsables demeurent moins prises en compte.

Retrouvez le Baromètre 2021 de l’Immobilier Responsable sur le centre de ressources de l’OID Taloen dès le 7 décembre prochain !

Le Baromètre fournit par ailleurs une analyse détaillée des démarches sur chacun des 19 enjeux ESG, spécifique aux différentes catégories d’acteurs identifiées ici. Quels indicateurs sont mis en place ? Comment les acteurs se fixent-ils des objectifs ? Quels sont les processus mis en place ? L’ensemble de ces questions pourront être traitées dans le Baromètre 2021 de l’Immobilier Responsable, qui sera publié le 7 décembre prochain à l’occasion d’une conférence co-organisée avec l’IEIF (évènement complet mais rediffusion à venir).

Merci aux membres du Comité d’Experts du Baromètre de l’Immobilier Responsable qui apportent aux résultats du Baromètre de l’Immobilier Responsable leur précieuse analyse : ASPIM, AXA Investment Managers, BNP Paribas Cardif, BNP Paribas REIM, Covivio, FFA, FSIF, IEIF et Nexity.

PARTAGEZ CET ARTICLE

Partager sur facebook
Partagez sur Facebook
Partager sur twitter
Partagez sur Twitter
Partager sur linkedin
Partagez sur Linkdin
Partager sur email
Partagez par E-mail

Plus d'ARTICLEs

Actualités, événements : que s’est-il passé pour l’immobilier responsable en novembre 2021 ?

1 décembre 2021

L’évolution de la DPEF et l’arrivée la directive CSRD : la quête d’un cadre commun

26 novembre 2021

Retour sur la conférence du 9 novembre : Présentation des résultats France du GRESB 2021 et trajectoires de décarbonation

25 novembre 2021